Le vieil adage: « à la Sainte Catherine, tout bois prend racine » ne fonctionne pas dans un jardin de bord de mer.

Le vieil adage prend en compte la physiologie de la plante qui est entrée en repos de végétation à l’arrivée de l’hiver mais qui garde un métabolisme actif au niveau de son système racinaire.

En effet, si le système végétatif aérien est au repos, les racines ne sont plus sollicitées pour subvenir aux besoins de la plante en eau et en sels minéraux. C’est ainsi que les racines peuvent s’installer tranquillement, développant leurs radicelles et poils absorbants qui pourront être opérants dès l’apparition des premières feuilles pour les plantes au feuillage caduc ou quand les plantes à feuillage persistant, stimulées par le réchauffement printanier, commenceront à consommer à nouveau eau et sels minéraux.

Dans un jardin de bord de mer, en situation abritée, cela pourra être le cas mais pour les jardins situés en front de mer, les conditions sont un peu plus compliquées.

En effet, une plante fraîchement plantée de l’automne, exposée pendant tout l’hiver à la violence des tempêtes répétées et de toutes orientations, allant de sud au nord en passant par toutes les expositions à l’ouest, aura beaucoup de mal à s’implanter facilement.

Ses racines vont devenir le pivot de toutes les secousses qu’elle va subir tout l’hiver durant.

Ainsi, plutôt que de profiter de l’hiver pour s’installer, la plante va, au contraire, être soumise à toutes les contraintes maximales du climat de bord de mer dès son arrivée dans le jardin.

Pour faire court; elle a de grandes chances d’être plus petite à la fin de l’hiver qu’au début, d’avoir beaucoup moins de feuilles etc. Elle passera le printemps à se remettre de ses blessures plutôt qu’à s’installer et se développer.

Les effets des tempêtes hivernales sur les plantations
Les effets des tempêtes hivernales sur les plantations

Mars, la nature se réveille.

Les jours ont commencé à rallonger depuis le premier jour de l’hiver. Du premier jour de l’hiver au 21 février, on a retrouvé deux heures et quart de jour en plus et encore une heure quarante minutes de plus du 21 février au 21 mars, jour du printemps. 4 heures entre le premier et le dernier jour de l’hiver!

Cet allongement de la durée du jour stimule l’activité cellulaire et accélère le développement racinaire alors que l’activité foliaire est encore bien au repos et sollicite peu les racines.

Le rallongement des jours s’accompagne d’une augmentation de l’ensoleillement qui entraîne une élévation progressive de la température et un réchauffement du sol.

Euphorbia martinii se réveille au printemps
Euphorbia martinii se réveille au printemps

Les éléments s’apaisent, les tempêtes s’estompent, la pluie est encore là.

Le train des tempêtes hivernales est passé (il peut encore en arriver quelques unes mais le plus gros est passé) et les éléments s’apaisent.

C’est une période qui reste pluvieuse, maintenant ainsi une fraîcheur satisfaisante dans le sol propice aux plantations

qui se réchauffe progressivement aux rayons du soleil.

Pour résumer: après le chaos hivernal du bord de mer, les conditions deviennent idéales pour une plantation réussie.

L'eau est indispensable à la plante
L’eau est indispensable à la plante

« Avant l’heure, c’est pas l’heure; après l’heure… »

Si, en effet, pour des plantations très exposées en bord de mer, la période la plus favorable se situe en fin d’hiver et au tout début du printemps, il convient d’en profiter car dès les beaux jours définitivement revenus (hé oui, c’est plus agréable de travailler au jardin quand il fait beau et sec, n’est-ce pas?), le beau temps amène des périodes sèches au moment où la plante commence à avoir une activité plus importante et à consommer de plus en plus d’eau.

Pensez au confort de la plante; couvrez vous bien et plantez la au moment qui sera le plus favorable pour elle et pas nécessairement pour vous.

À priori, on plante une plante une seule fois dans sa vie et c’est un moment déterminant à ne pas rater.

Dès la fin du mois d’avril, les premières chaleurs apparaissent, généralement accompagnées de vents desséchants de nord et d’est. Des plantations à cette période tardive demandent beaucoup plus de suivi  après la plantation et d’arrosage.

En conclusion

En situation exposée en bord de mer
• Une plantation automnale expose la jeune plante à tous les aléas climatiques de l’hiver (vents tempêtueux, embruns…) rendant ainsi l’installation délicate.
• Une plantation trop tardive au printemps expose la jeune plante pas encore installée aux moiments de sécheresse à un moment où elle n’est pas encore installée pour trouver une autonomie et accompagner avec succès un développement harmonieux.
• La période de la fin de l’hiver offre le meilleur compromis de conditions pour un développement rapide et harmonieux de la plante.

C’est donc pour vous le moment d’envisager vos grands projets de jardinage du printemps pour qu’ils soient aboutis avant la fin du mois de mars. C’est le gage d’une plantation réussie et pérenne!

Pourquoi la fin de l’hiver est-elle le bon moment pour réaliser son jardin en bord de mer?
%d blogueurs aiment cette page :